To renew or not to renew

Photo cc Gareth Sloan

Je ne sais pas quoi faire. Renouveler ou ne pas renouveler mon abonnement BIXI.

Et j’ai jusqu’au 31 juillet à prendre une décision.

Lors de l’arrivée du BIXI, je suis tombé amoureux. C’était 2009. J’arrivai naguère à Montréal de Lyon où son Vélo’v était ma vie. Durant cette époque, il semblait que le BIXI ait corrigé tous les défauts d’autres systèmes mondiaux de vélo-partage

La 1re année, j’étais accro du BIXI

La 2e année, je suis devenu mesuré, modéré, tiède. Je ne peux continuer à excuser ses défauts :

L’année dernière, j’étais un snob du Plateau ; je ne quittais jamais le territoire délimité par Sherbrooke, Parc, Van Horne, et Papineau. Maintenant, je suis plus modeste, plus sage ; mes aventures m’amènent fréquemment à St-Henri, à Parc-Extension, et à NDG où il existe peu d’équipements de BIXI. Peut-être est-il vrai, ce que les détracteurs disent, que le BIXI n’est qu’un outil pour la bourgeoisie.

L’année dernière, je pouvais toujours trouver un vélo ; ils se trouvaient partout. Maintenant, trop de personnes en profitent et parfois il me prend 45 minutes à trouver un vélo. La dernière fois que j’ai pu prendre un vélo de la station BIXI près de chez moi, j’ai … j’ai … ça m’est jamais arrivé. Encore pire : trouver une place libre pour déposer un vélo. Combien de matches de la Coupe Stanley et la Coupe mondiale ai-je failli manquer en cherchant un point d’ancrage libre ? Trop.

N’oubliez pas ses autres points suspects.

Apparemment ma réduction de gaz à effet de serre égale 366 km. J’ai économisé 102 L d’essence. But hold on – la majorité de Bixïens ne possède pas un char anyway. D’ailleurs, la majorité des trajets, faits en moins de 30 minutes, sont assez courts que personne ne les parcourt en voiture.

Puis, afin de maintenir un bon équilibre de vélos partout dans la zone BIXI, il faut les transporter d’une station à une autre par camion. Ces émissions de gaz à effet de serre, font-elles partie de leurs calculs ?

Alors que le BIXI s’est relativement soustrait au vandalisme qui harcèle le Vélib à Paris, ici, nous avons un autre problème dont il faut se soucier : la décrépitude. Suis-je le seul qui pense que l’état des vélos en service se détériore ? Les roues sont souvent dégonflées. Les chaînes mendient de l’huile. Les sonnettes sont devenues tout à fait non fonctionnelles. Et pourtant, le BIXI n’a que à peine 2 ans. Je crains que le Bixi devienne un pont Mercier – lors de son inauguration, spectaculaire ; maintenant, par la faute d’un manque d’entretien, croulant.

Mais j’avoue que le BIXI est vachement commode.

Alors, je ne sais pas quoi faire. Renouveler ou ne pas renouveler mon abonnement BIXI.

15 comments

  1. As-tu pensé à t’acheter un vélo ? Plus commode qu’un BIXI, surtout plus agréable à pédaler. Pas de borne à trouver, de frais récurrents à payer, seul désavantage, il faut le rentrer à l’intérieur la nuit si tu ne veux pas te le faire voler.

  2. Nothing personal, but why make the title of your blog post in English, if you’re not going to follow up with a bilingual post?

    I feel the same way towards the post done solely in English as well

  3. From my experience this season of Bixi is WAY better than last year. More bikes, more stations, and larger stations at that. Sure, there’s hiccups here and there, especially finding bikes up in Rosemont and out of downtown some daytimes, but nobody ever said Bixi is supposed to be perfect. The bikes will age, and there’ll never be a perfect distribution of the bikes. But do all buses run on time? Does the metro ever have a shutdown? Do thieves ever steal bikes? If you want access to an awesome system, for a very low annual price, stick with Bixi. The gas saved and CO2 emissions stats on the Bixi website are a sham, and I’ve mentioned to the Bixi folk that these seemingly positive PR notes will only hurt them in the long run, as it’s quite obvious to everyone that Bixi rides are replacing only transit, pedestrian, and owned-bike rides (along with some taxi trips.) Nobody’s getting out of their car and onto a Bixi. It’s not in competition with that. Anyhow, I’m a Bixi fan and here’s to hoping the system gets bigger, better, and more popular with age!

  4. Il semble que je sois une des seules personnes (à l’exception de Kyle ci-haut) satisfaite de Bixi et de son service cette année. Oui, il y a plusieurs problèmes, mais je regarde toujours le plan des stations en ligne et la disponibilité des vélos pour planifier mieux mon trajet avant de partir. Et je suis chanceux de pouvoir utiliser Bixi pendant les heures creuses, ce qui aide beaucoup pour trouver un point d’ancrage libre après mon trajet. Est-ce que je serais un de ces « bourgeois » pour lesquels Bixi est conçu ? Peut-être. Mais est-ce nécessairement une chose négative ? Je n’ai pas de voiture, mais je n’aurais pas de vélo non plus si Bixi n’existait pas. J’habite au 3e étage et je souffre de l’arthrite : je ne veux pas monter une bicyclette jusqu’à chez moi tous les soirs. Et trop de mes vélos ont été volés dans la rue, par le passé. Émile a raison : Bixi est vachement commode. Trop commode pour que je m’en passe, personnellement…

  5. Renew – simple!

    Bixi is the best form of transport in Montreal!

  6. Sure the Bixi system isn’t perfect but I think the author is being a bit hysterical. Just use it when you can, find a substitute when you can’t, and don’t identify with the system so closely that when it starts creaking you don’t fall into an existential crisis. Let’s be glad it’s here, have a dialogue about ways to improve it, and not abandon it the moment it stops cooking breakfast for you and ironing your clothes.

  7. I am gonna start off by saying that I own multiple bikes, so Bixi is not really “geared” to my needs. However, I did enjoy my one and only time on a Bixi bike.

    Also, I have many friends who use the service and have heard them talking about some of the flaws of the system, which you referred to in the post. Even though not inherent to system itself, one that you haven’t mentioned are the dangerous habits some of the part time Bixi cyclists have. I don’t know how many times I have seen riders talking on the phone, snapping off pictures, or riding while things are flying out of their front basket…

    Andy Riga posted an interesting blurb about the price members are paying versus other services. Worth checking out :

    http://communities.canada.com/montrealgazette/blogs/metropolitannews/archive/2010/07/30/bixi-comparison-with-other-public-bike-sharing-london-paris-velib-barclays.aspx

    I think that what really matters at the end of the day is that:
    1- you are biking
    2- you are smiling as you are doing it

    Get a membership and please don’t ride while talking on the phone…

    Ben

  8. Comprends pas. Les postes de vélos sont à la fois trop pleins et trop vides? Evidemment, il y auara toujours place à amélioration, mais ça demeure une excellente initiative. Et puis le fait que leurs mathématiques soient un peu approximatives (reduction des ges) pour fins de marketing est-il une raison pour bouder les bixis? Un bel exemple de se plaindre la bouche pleine, si on me demande mon avis (ce qui n’est pas le cas, j’en conviens).

  9. je ne peux pas me plaindre des bixis. dis toi que la ville a tout l’hiver pour réparer les vélos endommagés et que dans quelques années ndg st-henri verdun et d’autres quartiers plus éloignés seront désservis. quand le métro était tout nouveau il servait seulement le centre-ville et le plateau. maintenant on peut le prendre jusqu’à laval…

  10. Moi, j’en ai deux velos et je me suis abonne a Bixi quand meme. Et j’ai renouvele mon abonnement avec plaisir. Pourquoi? Parce-que c’est pratique! Je n’aime pas barrer mes velos, ni salir mes pantalons…. Bixi me convient beaucoup pour les courts deplacements dans le quartier. En fait, je trouve que je fais plus de court deplacements avec Bixi que j’ai fait auparavant. Ce n’est pas un question de changer d’une mode de transport a une autre – mes habitudes de deplacement (et magasinage) se sont changees!

    Je continue a utiliser mon propre velo pour aller au travaille.

    Bien sur que Bixi pourrait etre mieux, et c’est tres frustrant a trouve des stations vide/pleine (surtout en a cote de l’autre).

  11. Et puis, la décision?

    Moi aussi, j’ai mon propre vélo, et moi aussi, j’adore Bixi. Surtout quand…
    1) Je dois aller au travail — je ne passe pas la journée à m’inquiéter si j’ai bien fermé mon cadenas et que mon vélo soit plus là après une longue journée de travail.
    2) Je dois faire des courses, car j’ai pas de panier sur mon vélo, ça a l’air ben trop moumoune.
    3) Je sors tard la nuit et je veux retourner chez moi. Je peux prendre le métro pour y aller et donc arriver la chemise bien repassée et ma mise-en-plis parfaite. Ou si j’y vais en vélo, pas besoin ensuite de le trainer avec moi si on change de place, ni de retourner là où je l’avais laissé — je prends le bixi le plus proche, tout simplement.
    4) J’entends un t-chik t-chik ou un k-plunk k-plunk … au lieu de penser est-ce que je le fais réparer tout de suite ou je peux attendre un peu, je remets le bixi à sa place, j’appuie sur le bouton vélo malade, et le tour est joué.

    Quelle liberté!

  12. Je n’ai pas essayé le Bixi car j’ai mon propre vélo. D’ailleurs je ne comprends pas trop tout cet engouement que les gens ont pour le Bixi. Il y a des vélos accrochés partout à Montréal et beaucoup semblent ne jamais servir ou ne pas avoir servi depuis des lustres. Je suis convaincu que les utilisateurs du Bixi sont les propriétaires de ces vélos qu’on voit accrochés partout. Les gens aiment consommer et pourquoi pas? payer pour être vu sur un Bixi alors qu’ils ont un vélo qui rouille depuis des années accroché à une rampe d’escalier ou à un parcomètre. Ils ont peut-être perdu leur clé de cadenas ou encore sont-ils trop paresseux pour les chercher à travers leur foutoir et leur bordel. Quand on a une tête sur les épaules et qu’on sait bien attacher et barrer son vélo, comme il se doit, on ne se le fait pas voler et on a pas besoin de le monter et de le descendre du deuxième ou du troisième étage à chaque fois qu’on à rentrer et sortir. Ce qui me laisse croire qu’il doit y avoir autant de vélos dans les chambres-à-coucher, les salons ou les couloirs des appartements montréalais qui, comme ceux attachés dans les rues, ne servent pas. Pourquoi alors payer pour un vélo pépère qui a de la misère à monter une petite côte quand on en a déjà un à rien faire en bordure du trottoir en face de chez soi, ou accroché à son balcon ou même appuyé au mur du couloir de son 31/2 du Plateau?

  13. Luc,

    Si on applique ton raisonnement aux automobilistes, les gens qui prennent un taxi sont tous propriétaires de minounes qui rouillent dans le garage.

    Il y a plein de bonnes raisons de prendre des bixis même si on possède une bicyclette. Raison principale: les trajets à sens unique.

    -X

  14. La décision :
    une autre année, un autre abonnement BIXI.

    peut-être aimé-je trop la liberté qu’un BIXI m’accorde.
    peut-être suis-je trop paresseux d’aller m’acheter mon propre vélo.

  15. L’achat d’un vélo est d’autant plus rentable qu’un abonnement au Bixi pour les résidents de Montréal, selon moi.. A moins de se procurer une bécane plus dispendieuse qui risque de se faire voler.. Un bon vélo de ville entretenu consciencieusement sera beaucoup plus utile, en plus d’avoir plus que 2 vitesses méga lente! Mais c’Est bien évident que l’option paresse entre en ligne de compte si tu es trop lâche pour réparer le moindre problème..

    PS: Le centre-ville a supprimé une tonne de rack à vélo au détriment des bornes de Bixi, c’est lamentable pour les résidents qui détestent les bixis..

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *