Verdun : un portrait photographique

Verdun : un portrait photographique

À cause de son histoire en tant que ville indépendante, ou bien, à cause de son isolement relatif, Verdun est un petit trésor urbain sur la carte montréalaise. Et maintenant, cet arrondissement fait l’objet des désirs des gens qui ont succombé à son charme villageois.

Une bonne blague circule parmi mes amis :

Nous disons que les hipsters démodés habitent dans le Mile-End, car tout le monde sait que ce quartier est à la mode ;

que les hipsters branchés habitent dans la Petite-Italie et à Parc-Extension, car seulement les gens branchés savent que ces quartiers sont devenus à la mode ;

et que les ultra-hipsters sont si branchés qu’ils habitent à Verdun, car, à l’exception d’eux, personne ne sait que ce quartier est en train de devenir à la mode.

Lorsque je suis descendu du métro à Verdun, les particularités de ce coin de Montréal m’ont instantanément frappé : le mélange des ouvriers et des bourgeois ; le manque des bars (l’ancienne règlementation locale les interdisait) ; le métissage linguistique du français et de l’anglais trouvé sur les affiches, sur les panneaux et dans l’accent local. Verdun crée un pont entre les langues, entre les classes sociales, et entre le Montréal urbain et l’Ouest-de-l’Île suburbain. On peut même remarquer la transition entre ces deux derniers contextes : les espaces ouverts deviennent plus abondants, les boulevards s’élargissent, la circulation véhiculaire augmente, mais la vie urbaine se trouve toujours sur la rue.

Pour ceux qui ne connaissent pas cet arrondissement, le territoire de Verdun se divise en trois quartiers :

1.     Wellington-de-l’Église, ou le centre-ville de Verdun (la partie est) : le quartier le plus ancien de l’arrondissement où se trouve une forte concentration des personnes défavorisées

2.     Desmarchais-Crawford (la partie ouest) : le quartier de la classe moyenne

3.     L’Île-des-Sœurs : un quartier relativement riche et isolé du reste de l’arrondissement

Au cours des prochaines semaines, je vous partagerai mes réflexions sur mon grand voyage exploratoire aux quartiers de Wellington-de-l’Église et Desmarchais-Crawford. J’espère que vous me suivez . . .

Texte liminaire
1e chapitre : L’aménagement
2e chapitre : Le social
3e chapitre : Le transport
Texte final

10 comments

  1. Des petits bijoux de maisons se retrouvent dans le quartier Wellington. À visiter les avenues entre le boulevard Champlain et la rue Bannantyne. Ne pas craindre ce quartier où les jeunes familles défavorisées ou non sont au rendez-vous le samedi après-mid dans les parcs pour s’amuser en toute quiétude.
    J’adore Verdun!

  2. Petite précision : la réglementation locale n’interdit plus les bars depuis 1996. J’ai résumé l’histoire ici : http://metrobars.blogspot.com/2009/05/metro-bars-8-verdun-par-raton.html

  3. RECTIFICATIONS:

    Pour ceux qui ne connaissent pas cet arrondissement, le territoire de Verdun se divise en trois quartiers :
    1.     “Wellington-de-l’Église, ou le centre-ville de Verdun (la partie est) : le quartier le plus ancien de l’arrondissement où se trouve une forte concentration des personnes défavorisées” dont on tente de déloger comme on l’a fait sur le plateau Mont-Royal ou ailleurs en remplaçant les loyers par des condos, les commerces variés par des restos-chics et bars petits bourgeois, etc.

    2.     “Desmarchais-Crawford (la partie ouest) : le quartier de la classe moyenne” qui est coupé des services de proximité; un secteur hyper- homogène où l’ennuie nous ronge l’intérieur.
    3.     “L’Île-des-Sœurs : un quartier relativement riche et isolé du reste de l’arrondissement”. Plus précisément, un pur ghetto “à l’américaine”… Ne manque que des crocodiles dans le fleuve, des tourelles avec archers et une carte de métro gratuite pour les esclaves modernes qui vont “travailler” pour leurs maîtres à l’Île-des-Leurrres.

    P.S:
    Si vous aimez Verdun pour ce qu’il est, cessez de le vanter à défaut de quoi vous finirez par le détester tellement il ressemblera à d’autres quartiers.

  4. Vrai que Verdun a un charme qui lui appartient, comme plusieurs autres quartiers de Montréal. Par contre, évaluer l’intérêt d’un quartier en tenant compte de sa cote hip, c’est un peu le serpent qui se mort la queue…!

  5. Si vous croyez que Verdun est “IN” c’estque vous êtes totalement “OUT”.

    D’ailleurs, lorsque les Hispters sont venus à Verdun, ils sont repartis aussitôt car ils ont constaté que ce territoire est encore plus “fake” qu’eux-mêmes…

    Ils ont perdu la face et du même coup leur fausse paire de lunette à 5 cents… et se sont retrouvés on ne sait où encore…

    Chose certaine, ils ne sont pas à Verdun. Lorsqu’on en reverra, on se fera un plaisir de les traiter de “fashion victim”!!! LOL

  6. “Une bonne blague circule parmi mes amis :

    Nous disons que les hipsters démodés habitent dans le Mile-End, car tout le monde sait que ce quartier est à la mode ;

    que les hipsters branchés habitent dans la Petite-Italie et à Parc-Extension, car seulement les gens branchés savent que ces quartiers sont devenus à la mode ;

    et que les ultra-hipsters sont si branchés qu’ils habitent à Verdun, car, à l’exception d’eux, personne ne sait que ce quartier est en train de devenir à la mode.”

    T’as besoing de nouvelles amis, toutes les vrai hipsters sont rendu a Longueuil.

  7. Ça fait 15 ans qu’on dit que Verdun va devenir le nouveau Plateau, et il ne l’est pas encore. Dans 50 ans on va encore avaoir la même rengaine.

    Verdun c’est:

    – Des gros BS qui se promènent partout.
    – Des commerces “à louer“ à profusion sur Wellington et rue de Verdun
    – Des habitations pour personnes âgées partout

    Tellement hip!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *