Cinq chantiers, cinq objectifs: l’hippodrome de Montréal

L’hippodrome de Montréal: Un pari risqué. (c) Alexandre Cv.

Jusqu’au 11 novembre, la galerie Espace projet présente Chantiers, une exposition mettant en scène 5 grands projets montréalais, parmi les plus importants de ces dernières décennies, vus par cinq photographes montréalais. Dans le cadre de cette exposition, Spacing Montréal présentera 5 photos tirées de l’exposition, chacune accompagnée des commentaires du photographe.

Photo et texte par Alexandre Cv

C’est au cœur d’un des plus grands scandales de corruption de son histoire que Montréal a annoncé le développement d’une «ville dans une ville» sur le site de l’hippodrome de Montréal. Un site rare, situé en plein centre de l’ile et possédant un potentiel immense.

Esthétiquement, il s’agit d’un champ de gravier dans l’emprise de la piste de course, ponctué de deux groupes de bâtiments abandonnés : le groupe des estrades, de l’accueil, de l’administration et des salons de pari et, plus en retrait, le groupe des écuries.

Ma démarche photographique s’articule autour de la ruine contemporaine. Il était donc naturel pour moi de choisir ce site. J’ai choisi d’illustrer ces structures en mettant l’accent sur le panneau indicateur qui fait face aux estrades, point névralgique des courses.

L’idée inhérente à ce choix photographique est  de proposer une considération esthétique des paysages en transition : quelle place y aura-t-il pour ces formes du divertissement qui subiront une tabula rasa ? Car à voir le déplorable Power-center déjà construit sur le site, le pari semble risqué.
Quelle est la valeur de ces ruines contemporaines dans notre conception évolutive du paysage urbain? La question mérite d’être posée, car  à mon sens, ces paysages de l’attente ne doivent pas uniquement servir un dessein photographique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *