Passage à niveau sur la voie ferrée : les négociations sont entamées entre les arrondissements et le CP

voie1

Le Canadien Pacifique (CP) et les arrondissements du Plateau-Mont-Royal et de Rosemont-La-Petite-Patrie ont finalement entamé les discussions pour trouver une solution à la circulation des piétons et des cyclistes dans le secteur de la voie ferrée qui sépare les deux arrondissements.

Depuis plusieurs années, des citoyens réclament une façon sécuritaire de traverser la voie ferrée qui séparent les deux arrondissements, notamment via un groupe Facebook. Jusqu’ici, ils ont joué au jeu du chat et de la souris avec le CP, créant des brèches dans la clôture qui défend l’accès à la voie ferrée pour les voir se refermer avec plus ou moins de rapidité. Des contraventions qui oscillent autour de 144$ sont fréquemment remises aux fautifs.

Tout ceci pourrait bientôt être chose du passé. L’année dernière, les arrondissements et la Ville ont fait une demande officielle au CP, qui a répondu en janvier 2011 qu’elle s’engageait à trouver une solution avec eux.

La semaine dernière, le conseiller d’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Richard Ryan, et le maire de Rosemont–La Petite-Patrie, François W. Croteau, ont rencontré le CP. Ils affirment être sortis « très satisfaits du climat d’ouverture qui régnait lors de la rencontre, même si de nombreux problèmes techniques restent encore à surmonter ». Bref, c’en est fini du temps où la compagnie ferroviaire faisait la sourde d’oreille aux demandes des arrondissements qui, on le rappelle, avaient cherché pendant plus d’un mois à quel cadre du CP adresser sa demande.

L’aménagement d’un passage à la hauteur de l’avenue Henri-Julien, qui est dans l’air depuis quelques mois, semble toujours privilégié.

voie4

L’emplacement semble justifié. En date d’aujourd’hui, on y remarque une brèche réparée et deux passages illégaux, ce qui confirme qu’un certain nombre de cyclistes et de piétons y passent régulièrement.

voie2

voie3

voie6

En tant que citoyen du quartier, je me demande si un seul passage très près de la rue Saint-Denis sera suffisant pour ceux qui ont pris l’habitude de traverser la voie ferrée à la hauteur des rues Casgrain ou Saint-Urbain. Sans parler de ceux qui traverse le voie ferrée plus à l’est, puisqu’elle se rend jusqu’à la rue Iberville avant de bifurquer vers le sud jusqu’au port de Montréal. Espérons qu’il ne s’agisse que d’un début.

Une prochaine réunion entre toutes les parties est prévue au mois de mai.

_______

Ce billet est une contribution de Julien Cayer, un journaliste indépendent intéressé par la vie en ville, la consommation, la politique, l’économie, les médias et les arts.

7 comments

  1. i think several passages will be needed. cyclists and especially pedestrians do not take to large detours if they can be avoided, due to the fact that it needs physical energy.

    e.g. 4 other candidates: around parc, around st. urbain, between papineau and lorimier, between masson and st. joseph

  2. Un passage ne suffira pas. Pave the cowpath. It is easy to identify where people are going through, these should just be recognized. And sincerely it is not that difficult, sometimes it is just a question of a signal and a barrier. It’s everywhere in Japan.

    How many accidents with people walking across the tracks every year? every 10 years? never?

  3. Bon vidéo du télématon, qui porte sur le secteur Bellechasse, dont les problèmes causés par la voie ferrée : http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5457,33057623&_dad=portal&_schema=PORTAL 

  4. It would be ridiculous for the municipal government (let alone the private corporation CP) to pay for a crossing at the specific location mentioned above, when there is the St. Denis underpass not 200m east.

    A nice sign, with a map, should be posted at the fence above, pointing cyclists and walkers to the nearest safe crossing.

    I’m sure there are some other locations at which a crossing is required, but 200m? I find it completely selfish for someone to complain and essentially advocate the destruction of public property (cutting the fence), when they are in the first place too lazy to walk 200m.

  5. @George Town. Clearly you do not travel this area by foot/bicycle. The underpasses are poorly maintained, dangerous, and never were designed to serve pedestrians or cyclists. In fact, they are even a menace for car traffic too!

    If CP wants to keep their right-of-way in an urban environment, they should be expected to contribute to the maintenance of appropriate alternatives for *all* impacted populations.

  6. Those underpasses are not convenient at all. The one on St-Laurent is downright dangerous. The concrete gets icey and slippery in winter. There are sections on both sides where a car could easily go out of control and kill someone. Two friends of ours were nearly hit by a car this way. Furthermore, the passage is too narrow for both bikers and pedestrians, especially parents with children in strollers.

    There was never a problem in the past with people cutting across the railway tracks. There was a change of power at CPRail and they all of a sudden got paranoid about people crossing, redeploying security to harrass innocent citizens and thus leaving their yards more vulnerable to theft (this was told to me by one of the security employees). It’s an outrage.

Leave a Reply

Your email address will not be published.