Moins d’automobiles et plus de déplacements verts sur le Plateau-Est

Une collaboration spéciale de Julien Cayer.

velo

Mercredi matin, le Plateau-Est a emboité le pas aux arrondissements de Mercier-Est et de Parc-Extension en se dotant d’un Plan d’action pour un quartier vert, actif et en santé. Le Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM) et la Maison d’Aurore ont présenté aux médias et à l’arrondissement (les élus en ont pris connaissance trois jours plus tôt) une cinquantaine de propositions qui sont le fruit d’un long travail de consultation citoyenne qui a suivi la publication du Plan de transport de la Ville de Montréal, en 2008.

Parmi celles-ci, on retrouve le retrait aux automobilistes de quatre voies sur six du viaduc Masson (qui sépare les arrondissements du Plateau-Mont-Royal et de Rosemont-La Petite Patrie au niveau de la rue Iberville), pour les remplacer par une piste et une bande de verdure dans chaque sens.

viaduc
Crédit : David Chedore pour le CEUM (modifications par Julien Cayer)

Le plan propose aussi d’appliquer le même traitement à la rue Laurier, entre Chabot et Bordeaux, où la transformation de Laurier en sens unique vers l’est (déjà prévue) et le retrait des stationnements permettraient de créer deux pistes cyclables et des bandes de verdure.

laurier
Crédit : David Chedore pour le CEUM (modifications par Julien Cayer)

Il suggère également de réaménager le nord du parc des Compagnons de Saint-Laurent (Chabot et Mont-Royal), en créant entre autres des passages piétonniers surélevés, au même niveau que le trottoir. Selon Marie-Hélène Armand, conseillère en aménagement au CEUM, il s’agit d’inverser le rapport entre les piétons et les automobilistes. « Jusqu’ici, les piétons ont modifié leur marche pour permettre le passage de l’automobile. Il s’agit de faire en sorte que les automobilistes s’adaptent au trajet des piétons », a-t-elle dit en substance.

mopntroyal
Crédit : Plan d’action pour un quartier vert, actif et en santé

Une vision à long terme

Du côté de l’arrondissement, la conseillère Josée Duplessis est en accord avec les propositions, mais précise qu’elles ne pourront pas toutes être réalisées à court terme, puisqu’elles réclament de gros investissements ou qu’elles doivent être faites en collaboration avec la ville-centre.

Elle a toutefois indiqué que certaines de ces recommandations étaient déjà prévues ou à l’étude en 2011. Notons la modification du sens de l’avenue des Érables et de la rue Parthenais pour diminuer la circulation de transit, le dégagement d’une dizaine d’intersections pour améliorer la visibilité, l’ajout de bornes Bixi et de 500 supports à vélo supplémentaires, ainsi que la suppression d’une voie automobile de chaque côté du viaduc Masson pour en faire des pistes cyclable, en partenariat avec l’arrondissement de Rosemont-La Petite Patrie.

Est-ce assez rapide? « Un quartier vert, ça se fait sur le long terme », a répondu Josée Duplessis. Le constat s’applique autant à Mercier-Est et à Parc-Extension, dont les plans ont été présentés l’an dernier et où peu de changements concrets ont été mis en œuvre pour l’instant, admet le CEUM.

Bref, le dossier des déplacements verts avance lentement, mais sûrement. Et dans six semaines, ce sera au tour de l’arrondissement de Notre-Dame-de-Grâce de présenter son plan d’action. Si on peut s’y rendre sans prendre notre voiture, on y sera certainement.

5 comments

  1. La présence d’une bande de béton entre une piste cyclable et la rue est très importante pour la sécurité. Une ligne blanche au sol ne suffit pas (sur St-Urbain les automobilistes n’hésite pas à rouler dans l’espace cyclable ou à s’y stationner “temporairement”.

    Il importe également de prévoir des espaces d’attentes aux arrêts de bus entre les pistes cyclables et la route, sinon les piétons vont devoir prendre des risques pour prendre leurs bus lors des heures de pointes sur les pistes cyclables..

  2. beaux illustrations, mais je me demande à quel point les arbres vont survivre à moitié enterrés dans le viaduc masson??

    Et oui, il est très possible de se rendre à ndg en vélo ou en métro – je le fais à tout les jours.

  3. Je ne comprends aucunement comment la ville peut gaspiller l’argent des payeurs des taxes comme moi en construisant des pistes cyclables inutiles pendant que Le Turcot tombe en ruine. Pas surprenant que c’est les Chinois qui commencent a fabriquer les Camaros de notre epoque.

  4. @Tony

    Je ne comprends aucunement comment la ville peut gaspiller l’argent des payeurs des taxes comme moi en construisant des échangeurs sur plusieurs étages pour banlieusards qui veulent avoir une vie axée sur la voiture, alors qu’il serait si simple d’améliorer la qualité de vie en ville. Pas surprenant que c’est les pays qui combinent les meilleurs indices de qualité de vie soit ceux avec le plus de bicyclette per capita au monde.

Leave a Reply

Your email address will not be published.