Le parc Belmont et la mort du parc d’attractions ailleurs dans le monde

Téléchargez

Adieu parc Belmont! (Archives de Radio-Canada)

Le site des Archives de Radio-Canada recèle de nombreux petits trésors, dont ce clip vidéo sans narration de sept minutes, datant de 1963 et qui traite du parc Belmont. Le célèbre parc d’attractions était situé à Cartierville au nord-ouest de Montréal et ferma définitivement ses portes en 1983, après 60 années d’existence.

Les problèmes du parc Belmont débutent dès la création de La Ronde, lors de l’exposition universelle de 1967. Malgré une année record, en 1972, de 750 000 entrées, le nombre de visiteurs diminue progressivement. Même l’arrivée de nouveaux manèges ne suffit plus à maintenir l’achalandage. En 1979, l’accident du manège « paratrooper » blesse deux enfants et ruine l’image de l’institution. Elle vieillit mal. L’été avant sa fermeture, le parc Belmont n’obtient que 316 000 entrées.

Avec les plaintes d’un voisinage résidentiel, une descente de police, qui nuit à sa réputation, et une hausse des taxes, le parc Belmont est condamné à fermer ses portes le 13 octobre 1983.

Je n’ai aucune mémoire du parc Belmont, étant né que quelques années avant sa fermeture finale. Des lieux comme le Belmont exercent une certaine fascination chez moi, peut-être parce qu’ils témoignent d’une époque révolue, celle de l’amusement par des moyens technologiques qui ont peut-être fait leur temps, comme la maison hantée et les montagnes russes, maintenant remplacées par un bon jeu vidéo à la Half-Life, ou le dernier Indiana Jones.

Old Amusement Park / Kaiping 开平 / Changsha Park 长沙公园

Ailleurs dans le monde, on peut aussi à l’occasion rencontrer des parcs d’amusements abandonnés sur son chemin. Cette photo fût prise au début du mois de mai, et provient du parc Changsha (长沙公园) dans la ville de Kaiping, province du Guangdong, dans le sud de la Chine. Le Changsha est un parc boisé de la taille de notre Carré St-Louis, en plein centre-ville (deux blocs à l’est du terminal de bus inter-cité), et qui a maintenant l’air de servir de parc public.

Parmi les manèges abandonnés (ça m’étonnerait qu’on les époussète juste à chaque année l’été venu) – un carrousel, des navettes rotatives, et une arène d’autos tamponneuses, sans autos tamponneuses – se trouvait aussi un centre d’activités municipal dont on se servait encore, vu les jeunes qui en sortaient, alors que nous passions dans le parc.

群展香港观记-王禾璧

Lors d’un voyage précédent en Asie, au printemps 2005, cette fois-ci à Hong Kong, j’avais été à une exposition photographique intitulée « Hong Kong Four-Cast » au Musée de l’Université de Hong Kong et dont un recueil fût publié à la suite.

Les pièces les plus marquantes pour moi furent celles du défunt Lai Chi Kok Amusement Park, ou Lai Yuen (荔園) pour les intimes. La photographe hongkongaise Wong Wo-bik avait alors pris des clichés du parc d’attractions et zoo à la veille de sa destruction en 1997, alors qu’il était déjà abandonné depuis quelques mois.

Lai Yuen était encore au début des années 80 le château des illusions et de l’épouvante où des milliers d’enfants et d’adultes se pressaient. Wong Wo Bik a ainsi recueilli ces vestiges et a par juxtaposition ou autres procédés recréé ces images : Des lieux éphémères plein d’imagerie populaire qui ont compté dans la vie des Hongkongais et ont disparu sans laisser aucune trace. C’est un passé recréé pourrait-on arguer, mais tout passé est recréé par la mémoire humaine qui le transforme continuellement en fonction du présent.

(Suite au site de l’Alliance Française de Hong Kong)

Situé alors dans le Nouveau Kowloon, autrefois loin des principaux centres urbains de Hong Kong, le Lai Yuen était un des endroits favoris des excursions de fin de semaine des Hongkongais. Les développements résidentiels se succédèrent, jusqu’à ce que le Lai Yuen lui-même se fasse gober par un projet d’habitation.

5 comments

  1. I have vague memories of going to Belmont Park as a kid. I remember the haunted house, the roller coaster and a couple other structures. My parents wound up living in a condo at what was the north-eastern part of the Cyclone roller coaster, going by an image on the link you provided. I don’t have any pictures from back then unfortunately.

  2. Belmont Park was a scuzzy and decrepit place in the mid to late 70s. I was barely a teen and we’d sneak out there and stay till it got dark, smoking and buying Brador’s, which seemed easy at the time. The Freak Shows were the thing to see. And always some greasy man off to the side, making noises and trying to lure you away. I wouldn’t go on the rides – even then they looked deadly. Nothing about it was healthy. Must have been why we loved it.

  3. Before 1959 a Trip to parc Belmont always included a ride on the 17 Cartierville Streetcar from Terminus Garland.

    This Route Paralleled Decarie and immediately climbed over the CPR just South of Blue Bonnets Race Course, one of the most enjoyable parts of the trip.

    Leaving Terminus Garland for Cartierville.

    http://dewi.ca/trains/montreal/pix/a005_12.jpg

    http://dewi.ca/trains/montreal/pix/a005_11.jpg

    Northbound Car passing over CPR at Blue Bonnets, Decarie to Right of Photo.

    http://dewi.ca/trains/montreal/pix/a005_13.jpg

    In the 1950s the North End of the 17 Cartierville Route was mostly Open Country and the Cars could travel fast in the Open Fields Two Blocks to the East of Canadair.

    Terminus Cartierville.

    http://dewi.ca/trains/montreal/pix/a005_15.jpg

    After a hot day at parc Belmont it was pleasant to rest in the Breeze from the Windows on the 17 Car on the way home.

    Until the Motorman Caught you, by looking his Mirror, you could lean out the back window and watch the Ties and the Rails speed past or look up and watch the Trolley Rise and Fall on the Wire Above.

    Tramway Cars might be a good idea for Montreal once again, but, ONLY on their own Private Rights of Way, as they hinder Auto Traffic where they Share the same Road.

    Their Blocking Traffic is one of the main reasons Streetcars were First Abandoned in the Downtown areas, the Suburban Routes to Sault Aux Recollets, Cartierville and Lachine remaining almost to the end.

    The Exceptions were, of course, Tramways on Mount Royal and Papineau into 1959, these two Routes being the Last to Operate.

    Streetcars to Parc Belmont were onc a joyous part of Montreal History.

  4. Farms and streetcars.

    The two don’t mix?

    Streetcars connote the vision of busy crowded city streets and tall department stores, jostling with taxis and pedestrians, ringing their bells for the right of way.

    Well, then, look at this photo from the Internet!

    http://i17.photobucket.com/albums/b61/SDR_North/Cartierville17Sept1951.jpg

    Cartierville 17 car Southbound at-then CNR Val Royal Station just North of Bois Franc, Sept 1951.

    This is now rue Grenet, looking to the North.

    Hopital du Sacre Coeur de Montreal visible to right in the distance.

    Farms AND Streetcars!

    Note the streetcar has a locomotive headlight.

  5. Je me souviens vaguement être allé au Parc Belmont vers la fin des années 70. Étant fan des bus, photographe amateur de véhicules de transport en commun et historien amateur des transports en commun, je voudrais bien savoir où se situait exactement le terminus Cartierville.

    J’ai les livres “Montreal Streetcars” volumes 1 à 3 et je voudrais, quand le temps le permettra, d’aller photographier des bus environ aux mêmes endroits qui sont dans ces merveilleux livres.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *