Montage du jour : Les maisons Thompson et Sparrow

http://farm4.static.flickr.com/3538/5834066550_8dac37e953.jpgLa maison Thompson : 2003-2011

La restauration de ces deux maisons respectivement construites en 1907 et en 1910 sur le chemin de la Côte-des-Neiges  se sera échelonnée sur une période de cinq ans.  Les travaux effectués du printemps 2005 à l’automne 2010 sont l’œuvre de Gilbert Rashi et de l’architecte Endré Villeneuve, tous deux entrepreneurs au sein de la compagnie Vision en Vert.

Le projet de restauration de ces deux maisons ne visait pas seulement à rendre habitables des édifices laissés à l’abandon pendant 17 ans, mais également à en augmenter la superficie.

Ainsi, pour la maison Thompson, en plus des deux étages habitables d’origine la maison possède désormais un troisième niveau aménagé sous les combles ainsi qu’un sous-sol, entièrement fini .  Du côté gauche de l’édifice, un garage triple avec aire habitable au dessus, dont le style est identique à celui de la maison, fut érigé et  recouvert de brique de couleur rouge.  Cette brique nommée brique d’Outremont, qui est la même que celle recouvrant le bâtiment principal, peut encore être trouvée aujourd’hui chez des recycleurs de matériaux de démolition.

Dans l’optique de redonner l’apparence d’autrefois au bâtiment, la mansarde ainsi que le toit du garage furent recouverts de tuiles d’ardoise. Les portes et fenêtres furent entièrement changées, certaines furent murées et de nouvelles furent également percées du côté droit de la façade.  D’un style rappelant celui d’origine, ces nouvelles fenêtres sont par ailleurs dotées d’un système à crémones.  Du côté droit de l’édifice, le solarium fut reconstruit dans le style qu’il avait autrefois et de multiples galeries agrémentent également cet espace.

À l’intérieur, puisque seule la charpente était récupérable, les murs furent totalement dégarnis et l’espace divisé en 6 logements fut redivisé en un seul.  Ainsi, l’édifice comporte désormais une immense cuisine, une salle à manger et un salon à aire ouverte, un fumoir, trois salles familiales, une salle de gym, quatre chambres à coucher, quatre salles de bain, deux salles d’eau, une cave à vin en acajou, un bar, une salle de  cinéma-maison et une buanderie.  On y retrouve de plus sept foyers, dont six en travertin et des planchers en noyer noir américain.  Dans la salle de bain des maîtres, un bain ovale taillé à même une pièce de travertin et pouvant contenir jusqu’à 145 gallons d’eau agrémente l’espace central.  Puisque seuls les matériaux les plus nobles ont été utilisés dans ce projet, l’édifice est désormais hautement supérieur à ce qu’il était à l’origine.

http://farm6.static.flickr.com/5320/5834064572_071cb7b011.jpg
Vue arrière de la maison Sparrow : 2003-2011

Comme sa voisine, la maison Sparrow est passée d’un état de ruine à celui d’un luxueux manoir. Du côté gauche de l’édifice, l’ancien garage qui avait par ailleurs été converti en bureau fut démoli et remplacé par un garage double sur lequel fut construit un solarium quatre saisons.

Puisqu’il était impossible de retrouver une brique jaune au fini et aux dimensions similaire pour recouvrir les murs de ce garage, celle-ci provenant d’Écosse,  l’entrepreneur à décidé d’utiliser de la brique rouge d’Outremont qu’il a par la suite peinte avec trois couleurs différentes afin d’obtenir une couleur et  un fini identique au reste de la propriété.  À l’avant, le balcon ainsi que ses colonnes sculptées le soutenant fut reconstruit de façon identique à ce qu’il était.  À l’arrière, le portique à colonnes, qui était complètement pourri fut également reconstruit de façon identique. Puisque les immenses colonnes étaient récupérables, celles-ci furent réparées par un ébéniste et réinstallées.  Afin de se conformer aux normes du code du bâtiment, l’entrepreneur a usé d’ingéniosité pour ne pas changer l’aspect des garde-corps.  En effet, ceux-ci sont de dimensions identiques à ce qu’ils étaient, et ce, à l’avant comme à l’arrière.  Autrefois déposés à même le plancher, les garde-corps sont désormais situés à quelques centimètres du sol.  En procédant ainsi, les garde-corps ne semblent pas être trop hauts, voir disproportionné comme il est souvent le cas sur les édifices anciens.  L’entièreté des portes et des fenêtres fut changée et il est à noter que leur design est à la fois inspiré de celui d’autrefois et de certaines maisons du voisinage.  Aux deux balcons et aux deux terrasses déjà présentes, trois furent ajoutées : une sur le toit du solarium, une sur le toit du portique arrière et une, accessible depuis un édicule nouvellement construit, sur la toiture de la résidence.  Fait à noter, les tuiles de céramique recouvrant cette toiture furent entièrement remplacées par des tuiles identiques.

À l’intérieur, puisque la charpente n’était pas récupérable, l’entièreté de la maison fut dégarnie.  Ainsi, bien qu’aucun élément du décor originel ne fut conservé, il est à noter que les divisions furent reconstruites de façon sensiblement identique.

Comme sa voisine, la maison Sparrow possède maintenant deux étages aménagés ainsi qu’un sous-sol fini et un troisième étage sous les combles. On y retrouve ainsi : une cuisine luxueuse, cinq chambres à coucher, cinq salles de bain, une salle d’eau, un bureau, deux salles familiales, un cinéma maison, une cave à vin en acajou, une salle de billard et une buanderie.  Ayant également utilisé que des matériaux nobles, les entrepreneurs n’ont pas recréé le décor de l’époque, mais plutôt un décor s’inspirant de celui-ci.  Les manteaux de cheminée de bois furent remplacés par des  foyers en marbres blancs et les frises de plâtres qui ornaient les plafonds des pièces du rez-de-chaussée ne furent pas reproduites, mais remplacées (dans une pièce seulement) par un plafond à caissons.

Enfin, au niveau de l’aménagement paysager, le terrain en friche fut déboisé et plus de 64 arbres et arbustes, dont plusieurs de taille mature, furent plantés sur le terrain ceinturant les deux propriétés.

3 comments

  1. Encore une autre preuve que l’on peut conserver et restaurer des vielles maisons, même après abus, de façon économique.

  2. “de façon économique”

    That remains to be seen. The properties have been for sale since fall 2009 without finding any buyers. The renovations we over 12 million dollars and when you factor in 2 years worth of property taxes and the real estate commission etc, even if they sell close to full price, there is not much profit here.

    With that rate of return, its not likely we will see many projects like this.

  3. Either way,  glad they were restored.  They are fabulous properties and will no doubt find buyers.  Frankly, I would take one of these homes over a condo at the Ritz or the forthcoming Waldorf any day.  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *