Mes nouveaux colocs

[Image par lilies and bees]

« Un mauvais voisin est une calamité, un bon voisin un vrai trésor. »
– Hésiode

Je viens de découvrir que j’ai de nouveaux colocataires. J’ai vécu dans le même appartement pendant un an et je ne savais pas que je le partage avec plusieurs personnes.

Je vous raconte l’histoire :

Le 29 octobre — je décide (comme la plupart des Montréalais) d’inviter mes copains et mes copines chez moi pour un cocktail d’Halloween.

Je sers des bonbons.
J’allume des bougies.
Je joue de la bonne musique.

Tout le monde est bien chaud, bien arrosé.

Et vers minuit, l’inévitable se produit.

Ma voisine cogne à la porte. Elle me demande de baisser le son et de mettre un frein à cette nuit de beuverie.

J’ai conclu à tort qu’elle était partie pour le weekend.

Le lendemain, ma voisine et moi, nous nous croisons dans l’escalier. Nous nous offrons nos excuses obligatoires :

« Désolé Voisine ! J’étais un con — ma musique était trop forte. »

« Désolée Voisin ! J’étais une conne — ma mauvaise humeur a gâché ta soirée. »

C’est à ce moment-ci que le dialogue s’avère intéressant.

Elle commence son discours : « C’est fou que l’immeuble soit si mal insonorisé. Des fois, je peux entendre clairement vos conversations, comme si je suis dans la pièce même avec vous. Hier, par exemple, quand vous parliez de vos ex. Ou bien, avant-hier, quand vous parliez de. . . » Et elle continuait sans cesse à parler de différents échanges de propos qui ont eu lieu dans mon salon. Des échanges qu’elle entendait à travers les murs.

« Ouais. C’est fou », réponds-je, perturbé.

Je me rends compte que ma voisine fait autant partie de ma vie que mes anciens colocataires avec qui je dormais sous le même toit.

Avec qui d’autre partagé-je ma demeure à mon insu ?

Mes habitudes personnelles, offensent-elles les sens humains de mes voisins ?

L’odorat : Parfois, je suis gourmand et fais cuire un paquet entier de bacon. L’odeur porcine, rend-elle malades les végétaliens de l’appartement 2 ?

L’ouïe : Je voulais prendre un de nombreux pianos gratuits que l’on peut trouver sur Craigslist. Devrais-je avertir le couple en dessous de moi que j’interpréterai quotidiennement des sonates vers 18 h ?

La vue : Je m’habille dans ma chambre devant une grande fenêtre ouverte. Certes, j’habite au 3e étage de mon immeuble, mais la fenêtre, est-elle quand même transformée en Peep show (lundi – vendredi, premier spectacle à 8 h 15) pour les inconnus dans la rue ?

Ou peut-être devrais-je poser la question suivante :

L’idée d’habiter tout seul en ville, est-elle irréalisable ?

—-

5 good tips pour vivre en bon voisinage :

1. Invitez vos voisins à toutes soirées ayant plus de 10 personnes. Vos voisins, ils ne viendront jamais, mais au moins, ils seront au courant de ce qui va se passer ce soir-là et pourront s’adapter en conséquence.

2. Ne faites jamais plus d’un party chez vous par mois. N’oubliez pas : si tout le monde faisait la fête chaque semaine, personne ne pourrait dormir (y compris vous).

3. Assurez-vous que vos invités ne flânent pas dans les espaces communs (les escaliers, l’accueil, etc.) C’est extrêmement gênant pour vos voisins.

4. Posez toujours des questions sur l’insonorité de l’immeuble et sur les voisins lorsque vous choisissez un nouvel appartement. Qui habite dans le bloc ? Les voisins, font-ils fréquemment des répétitions d’opéra ? Certes, il faut toujours combattre les préjugés, mais si l’on vous dit que le bâtiment est rempli de jeunes étudiants masculins de l’Université McGill, vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous-même quand vous devenez insomniaque.

5. Ne vous plaignez pas si votre voisin a moins de 10 personnes chez lui OU s’il est rare (3-4 fois par an) qu’il fasse une soirée chez lui. C’est mesquin et hostile. La vie est courte ; des fois, il faut en profiter.

One comment

  1. I used to live in an apartment that was one of the rare buildings in the city that didn’t share a single wall with another building. It was 3 storeys with an identical 4 1/2 on each floor all connected by an interior spiral staircase and a shared basement. Our dream was to fill each apartment with like-minded friends so we could do whatever we wanted all the time. Unfortunately, none of the other tenants seemed to want to move out so we eventually left in search of an extra bedroom for our friend. I can only imagine how much fun it would have been to have that entire building to myself and 5 other friends!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *